Article initialement publié sur Deloitte Insight et traduit de l’anglais par Grégory Abisror

Comment les « early adopters » de l’IA peuvent-ils conserver leur avantage ?

Le simple fait de mettre en œuvre de l’IA ne suffit plus à donner aux entreprises un avantage compétitif. Il leurs faut maintenant faire preuve de créativité et surtout industrialiser leur manière de déployer une IA de confiance.

Il y a un an, notre étude concluait que la fenêtre pour l’avantage concurrentiel de l’IA pourrait être en train de se refermer1. Nous avons basé cette évaluation sur les données de la deuxième édition de l’enquête de Deloitte sur l’état de l’IA dans l’entreprise : 57 % des cadres des entreprises ayant adopté l’IA pensaient que l’IA transformerait considérablement leurs activités d’ici trois ans, et 38 % pensaient que les technologies feraient de même pour leur secteur d’activité au cours de cette période (voir la figure)2. L’écart de 19 points laissait entendre que les entreprises ayant adopté l’IA disposaient d’une fenêtre assez étroite avant que les concurrents du secteur ne réduisent leur avance.

En 2020, nous publions les résultats de la troisième édition de l’étude de Deloitte sur l’état de l’IA3, et les IA enthousiastes continuaient d’être optimistes : plus de huit personnes sur dix déclaraient que l’IA sera « très » ou « extrêmement » importante pour la réussite de leur entreprise au cours des deux prochaines années, et la proportion de ceux qui la considèrent comme extrêmement importante devrait passer de 23 % aujourd’hui à 41 % dans deux ans. De plus, ils continuent à accroître leurs investissements : 71 % des adeptes prévoient d’augmenter leurs dépenses en IA au cours de la prochaine année fiscale.

Les nouvelles données renforcent notre hypothèse précédente selon laquelle la fenêtre de l’avantage concurrentiel se rétrécit. Les adeptes qui voient l’IA transformer leur entreprise d’ici trois ans sont passés à 75 %, tandis que la proportion de ceux qui pensent que l’IA transformera leur secteur d’activité d’ici trois ans a augmenté encore plus fortement, pour atteindre 61 %. Visiblement, l’avantage de 19 points que nous avions constaté la dernière fois s’est réduit à 14 : la transformation du secteur semble talonner la transformation par l’IA des premiers adoptants.

 

Implications pour les dirigeants

Pourquoi l’avantage des « early adopters » s’estompe-t-il ? Avec des capacités d’IA de plus en plus intégrées dans les logiciels d’entreprise et une abondance d’offres et d’outils basés sur le cloud qui accélèrent le développement de l’IA, une entreprise n’a plus besoin d’autant de spécialistes chevronnés pour se lancer. En effet, les trois quarts des adeptes pensent que l’IA sera intégrée à toutes les applications d’entreprise d’ici trois ans. Le véritable avantage concurrentiel pourrait dépendre des organisations qui appliquent l’IA de manière plus créative et responsable.

« C’est comme une compétition de Formule 1 : il faut acheter une voiture, la découvrir, s’entraîner avec elle, la piloter en toute sécurité pour être compétitif ou gagner », a déclaré Paul Silverglate, vice-président et responsable du secteur technologique américain chez Deloitte.

Les entreprises qui utilisent l’IA peuvent maintenir leur élan concurrentiel en suivant trois grandes recommandations :

Passer de l’efficacité à la croissance. Le principal objectif des entreprises qui utilisent l’IA reste l’amélioration de l’efficacité4. Une façon de se différencier peut être d’aller au-delà des coûts et de l’efficacité et d’imaginer comment les technologies d’IA peuvent être utilisées pour créer de nouveaux produits, services, voire des modèles commerciaux.

Gérer les risques de manière proactive. La majorité des adoptants ont fait part d’une inquiétude majeure et/ou extrême quant aux risques potentiels de l’IA, notamment la cybersécurité, l’utilisation abusive des données personnelles, l’incertitude réglementaire et les problèmes éthiques, mais moins de quatre sur dix ont déclaré être « pleinement préparés » pour chacun d’entre eux5. L’adoption d’un ensemble de pratiques de gestion des risques peut constituer un véritable facteur de différenciation.

Établir des partenariats technologiques intelligents. Les adoptants déclarent que disposer de technologies d’IA de premier ordre est l’une des initiatives les plus importantes pour renforcer l’avantage concurrentiel. Il est frappant de constater que seuls 47 % des adeptes se disent très compétents dans la sélection des technologies et des fournisseurs d’IA, et que seul un tiers d’entre eux s’assure que leurs fournisseurs proposent des systèmes impartiaux6. Les entreprises doivent devenir plus avisées dans la sélection des fournisseurs qui non seulement proposent les meilleures technologies, mais garantissent également qu’ils ne les exposent pas à des risques inutiles.

Vous trouverez une analyse plus approfondie de chacun de ces aspects dans notre rapport sur l’état de l’IA7.

 

1. Susanne Hupfer, Is the window for AI competitive advantage closing for early adopters, Deloitte, 10 juillet 2019. Voir dans l’article

2. Jeff Loucks et al., Future in the balance? How countries are pursuing an AI advantage, Deloitte Insights, 1er mai 2019. Voir dans l’article

3. Beena Ammanath, David Jarvis et Susanne Hupfer, Prospérer à l’ère de l’IA omniprésente, Deloitte Insights, 14 juillet 2020. Voir dans l’article

4. Les adeptes les plus matures – dans notre analyse, les entreprises qui ont déployé le plus de systèmes d’IA et qui font état d’une plus grande sophistication dans la gestion et l’intégration de l’IA – se concentrent en partie sur la croissance , en créant de nouveaux produits et services basés sur l’IA. En revanche, les moins matures se concentrent sur l’utilisation de l’IA pour réduire les coûts. Voir l’article

5. L’écart le plus important concerne les « vulnérabilités en matière de cybersécurité », pour lesquelles 62 % des entreprises se disent très ou extrêmement préoccupées, alors que seulement 39 % se sentent pleinement préparées. Voir l’article

6. Les utilisateurs déclarent acheter des fonctionnalités et des systèmes d’IA plus souvent qu’ils n’en construisent eux-mêmes. Il est donc essentiel de comprendre comment fonctionne la technologie des fournisseurs et quelles sont les responsabilités de l’utilisateur. Comment les algorithmes d’IA fonctionnent-ils, et sur quelles données sont-ils entraînés ? Sont-ils sûrs et impartiaux ? Quelles sont les protections en matière de confidentialité des données ? Voir l’article

7. Ammanath et al, Thriving in the era of pervasive AI. Voir l’article