1 – Le monde regarde l’Ukraine, sans s’inquiéter assez :

  • ce qui se passe en Crimée et dans la région a de quoi inquiéter, mais les marchés financiers restent sereins. Ils pensent toujours que l’escalade des pressions financières et économiques va assouplir la position russe. Les marchés n’ont donc pas lu la déclaration du Président Poutine au Kremlin le 18 mars,
  • en même temps, la Russie contrôle le pays, masse des troupes aux frontières de l’Ukraine et développe un soutien aux « nationalités » qui rappelle de graves souvenirs,
  • enfin les conséquences de cette crise internationale (annulation du G8) commencent à se dessiner dans un monde très interdépendant. En particulier les relations avec l’Iran peuvent se tendre à nouveau, avec leurs effets sur la Syrie.

2 – Le monde regarde la remontée future des taux américains et s’inquiète :

  • ce qui se passe à la Fed s’inscrit dans la droite ligne des annonces faites par Janet Yellen, mais les marchés ont quand même été surpris. Il n’y a pourtant pas de quoi. Sauf changement externe brutal, les achats de bons du trésor vont baisser régulièrement et les taux monter dans un an. La vraie question est, de combien à court terme, avec quel effet pour les taux à 10 ans et à 30 ans ? Les marchés commencent leur travail d’exploration – avec l’idée que la hausse des taux courts commencera dans un an environ.
  • le chômage de longue durée fait l’objet des préoccupations de la Fed. Est-ce le début d’une politique de reworking de grande ampleur ou une façon de gagner du temps avant de remonter les taux ?

3 – Le monde regarde ce qui se passe en Chine, mais sans trop comprendre :

  • 2 emprunts privés sont en défaut, signe qui ne trompe pas sur le fait que les autorités s’inquiètent de la montée de l’endettement privé des ménages et des entreprises, un endettement qui se fait de plus en plus hors banque. Elles entendent y mettre un frein, au risque de ralentir l’économie,
  • la marge de fluctuation du Yuan s’élargit, pour permettre sa plus large flottaison dit-on. Et le voilà qui baisse au minimum désormais autorisé. Le Yuan baisse par rapport au dollar et à l’euro ! Message des autorités aux marchés sur le fait que le Yuan ne doit pas nécessairement monter quand il s’internationalise ? Nécessité des autorités de retrouver un peu plus de croissance par l’export ?

4 – Le monde regarde la zone euro, au sud et en Allemagne :

  • au sud, l’inflation est quasi à zéro et la croissance très faible. C’est le redémarrage de la croissance et des prix qui permettra d’éviter la déflation,
  • mais en Allemagne les autorités parlent de surchauffe, avec un taux de chômage à 5 %, et l’inflation s’inscrit à peine à 1 % ! Vous avez dit : surchauffe ?

5 – La France a voté pour les municipales, et le monde ne regarde pas trop encore.

  • Le vote est largement protestataire, contre la majorité en place et contre aussi l’opposition « officielle ». Reste à voir comment se passera le deuxième tour, avec les accords et fusions de liste, puis le troisième, la semaine qui suivra, avec l’élection des équipes municipales.
  •  C’est dans quelques semaines que le gouvernement français a prévu de présenter son pacte de responsabilité. Il réunira les soutiens prévus à la compétitivité des entreprises et les économies de dépense publique. On peut imaginer alors des tensions bien plus fortes, à quelques jours des élections européennes. Nous entrons dans une période tendue.

Chaque semaine, au travers du Weekly Briefing, je vous livre un regard économique et financier sur la conjoncture et l’actualité. Si vous êtes intéressé, cliquez pour vous abonner.