En collaboration avec Omar Safi, Directeur Conseil Stratégie et Opérations FSI.

La gestion d’actifs connaît un coup d’arrêt de son développement sur le marché français, avec une collecte domestique désormais atone. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : sur 2013, la décollecte a atteint 77 milliards d’euros en France pour la gestion collective.

Les outils digitaux peuvent apporter des réponses à trois enjeux auxquels sont habituellement confrontés les asset managers :

– comment valoriser la marque et les expertises associées en local et à l’international (3 200 sociétés de gestion en Europe),
– comment fidéliser la clientèle existante,
– comment rendre certains modes de production plus agiles.

Réseaux sociaux et blogs restent sous-utilisés

Au-delà de l’utilisation déjà mature des sites web (qui nécessitent cependant d’être revisités régulièrement en recherchant notamment une lisibilité intuitive de l’information, avec un contenu et un graphisme épurés et dynamiques), les autres supports digitaux offrent encore d’importantes marges de progression. Comparativement, l’utilisation des réseaux sociaux est nettement plus développée chez les acteurs anglo-saxons de l’Asset Management.

Les acteurs les plus matures sur les réseaux sociaux et les mieux organisés pour gérer les communautés s’imposent comme de réels leaders d’opinion. Ils ont réussi à créer une relation de partage avec leur communauté et ont mis en place un outil « d’écoute » et de communication efficace (échanges directs, recueil d’avis et de réactions). La qualité et la pertinence des informations échangées sont améliorées quand le discours est ciblé sur une population spécifique (par exemple sur les clients retails, client institutionnels, partenaires). Des évolutions organisationnelles sont associées à la mise en place d’un tel dispositif ; l’animation doit être centralisée et réalisée en étroite collaboration avec les équipes marketing, juridique et conformité pour contrôler la qualité des informations diffusées et leurs cohérences avec la stratégie de communication.

Autre levier intéressant : les réseaux d’experts ou les blogs, qui procurent par ailleurs des avantages incontestables par la publication régulière d’analyses et de convictions de marchés, souvent relayées sur les réseaux sociaux. Tendances économiques, informations produits, performances et meilleurs pratiques peuvent nourrir avantageusement les sujets abordés, tout en améliorant la visibilité de la marque et des expertises.

Les technologies socialisées peuvent aussi être intégrées aux systèmes internes pour être mises au service des collaborateurs ou répondre à des besoins métiers spécifiques. Faire appel au digital est dans ce cas une solution idéale visant à fluidifier la circulation des informations en interne ou à améliorer les processus, comme la gestion de la relation clients ou les réponses à appels d’offre.

Les meilleures stratégies digitales intègrent des applications mobiles

Les applications mobiles permettent d’étendre le périmètre des services proposés aux clients particuliers et institutionnels grâce à une palette de fonctionnalités, une accessibilité accrue et une mise à jour régulière des informations communiquées.

Les sociétés de gestion les mieux notées en matière de stratégie digitale, comme Franklin Templeton proposent des applications dédiées aux terminaux mobiles. Depuis leur smartphone ou leur tablette, les clients gagnent en autonomie et accèdent à tout moment à l’ensemble des fonds du groupe, à l’actualité financière, aux publications et podcasts, ainsi qu’aux points de vue de gérants.

Les atouts d’une stratégie digitale : partage et valorisation des compétences !

Le digital n’est pas une finalité mais un moyen innovant et efficace d’accéder aux clients finaux dans le cadre d’une relation d’écoute et de partage.

Pour réussir son évolution digitale, il est intéressant de partir d’un objectif concret sans oublier d’adresser les risques liés au digital. Toute la difficulté est de sélectionner un projet pilote en ayant une vision globale, et bien entendu de respecter les réglementations locales concernant l’utilisation des médias sociaux.

Les différentes composantes du digital font partie des outils qui peuvent aujourd’hui accélérer à moindre coût la visibilité de la marque et des expertises d’une société de gestion auprès de ses clients.

Vous souhaitez échanger sur le sujet ? N’hésitez pas à me contacter.