Alors que le gel du montant des retraites complémentaires cette année a été officialisé, les interrogations sur l’avenir du système se poursuivent. En effet, les réserves des régimes complémentaires des salariés du privé (l’Arrco) et des cadres (l’Agirc) s’amenuisent et l’échéance d’un possible épuisement s’approche. Dans ce contexte, la retraite, et surtout la question de son financement, préoccupe les Français. La dernière édition de notre baromètre confirme cet état de fait, en mettant en lumière les principaux sujets d’inquiétude et d’incertitude.

75 % des actifs se disent inquiets du montant de leur pension future. En effet, ils anticipent la baisse de leurs revenus et se préparent de plus en plus tôt au départ – là où les retraités déclaraient s’en préoccuper 8 ans en amont, les actifs affirment prévoir ce tournant 20 ans à l’avance. Ce constat est encore plus marqué chez les jeunes : les répondants de la tranche 25-34 ans estiment que 29 ans seront nécessaires pour préparer leur retraite.

Les Français et la retraite_Hugues Magron_1

L’épargne personnelle est plébiscitée, avec de fortes disparités

L’épargne financière individuelle est le premier moyen privilégié pour compenser le manque à gagner. D’ailleurs, 54 % des actifs disent épargner pour financer leur retraite, et 28 % ont l’intention de le faire. Sur les douze mois précédant notre enquête, le montant moyen mis de côté à cette fin était de 1 688 euros. Cela étant, on observe des disparités fortes qui ne permettront pas au plus grand nombre de compenser de façon suffisante leur manque à gagner : ainsi, 72 % des épargnants placent en moyenne seulement 452 € par an pour leur retraite.

En outre, les actifs disposent rarement d’une vision claire sur les produits disponibles et expriment un besoin d’accompagnement. Il faut dire que ce flou est général : les répondants de notre étude sont globalement peu au fait de leurs droits – par exemple, 78 % des actifs ont « au mieux une vague idée du montant de leur future retraite ».

Les Français et la retraite_Hugues Magron_2

Les actifs épargnant pour leur retraite optent pour des produits caractérisés par la sécurité et le rendement du placement, devant la disponibilité des fonds. De ce fait, l’assurance vie est placée pour la première année comme premier produit privilégié pour épargner dans cette perspective, suivie des comptes sur livrets.

S’agissant des services de conseil et d’accompagnement à la préparation, les épargnants retraite expriment une satisfaction très modérée à l’égard de leur établissement financier. Les outils digitaux, encore peu utilisés actuellement sur cet enjeu, suscitent l’intérêt des particuliers en attente de fonctionnalités nouvelles, comme la planification ou la comparaison par rapport à ses pairs.

Sur le plan des réformes, les Français sont plutôt favorables à la mise en place d’une épargne obligatoire pour mieux préparer l’avenir (que ce soit dans le cadre d’un contrat mis en place par l’employeur ou à titre individuel). En revanche, ils sont peu enclins à repousser l’âge légal du départ en retraite, ou à réduire le niveau des pensions.

Les Français et la retraite_Hugues Magron_3

Si le sujet vous intéresse, vous pouvez retrouver les principaux résultats de notre étude en infographie animée.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à me contacter.