Cocher une réponse par question.

1 – Sachant que les tensions sont fortes sur le gaz (Ukraine, Europe, Russie) et sur le pétrole (Venezuela, Nigeria et maintenant Irak), pourquoi le pétrole ne monte-t-il pas très fortement, poussant l’économie mondiale vers un ralentissement fort :

1-1  ailleurs : les marchés financiers regardent ailleurs,
1-2  Ukraine : ils pensent que la situation va s’arranger en Ukraine,
1-3  détente : la partition de l’Irak va bien se passer et le rapprochement Iran/Usa pour aider le régime de Bagdad ouvre une toute nouvelle phase de détente,
1-4  schiste : les marchés financiers savent que, grâce au gaz de schiste, les Etats-Unis sont pratiquement autonomes en pétrole.

2 – Taux d’intérêt : qui va donc les monter les premiers ?

2-1 les Etats-Unis, parce qu’ils vont arrêter leurs achats de bons du trésor en septembre/octobre et que les marchés vont devenir nerveux devant une économie qui repart (3 %), une inflation qui se redresse et, maintenant, des embauches qui vont mieux, avec un taux de chômage bas (6,3 %),
2-2 le Royaume-Uni, parce que le pays va vraiment bien (3 % de croissance), que l’inflation est repartie (vers 2,5 %), que les achats de bons du trésor sont bloqués, que le chômage est bas (6,5 %), et que la bulle immobilière inquiète (hausse des prix en moyenne de 10 % l’an).

– L’euro va-t-il beaucoup baisser ?

3-1 oui, parce que le Royaume-Uni ou les Etats-Unis vont se préparer à monter leurs taux, ce qui fera des taux euro à court terme les plus bas,
3-2 non, parce que, en termes réels, la rémunération des placements à court terme est supérieure en zone euro.

4 – Déflation en zone euro ?

4-1 oui, l’inflation est à 0,5 % sur un an, grâce à l’Allemagne (0,9 %) et à la France (0,7 %) qui pèsent pour moitié dans l’indice, mais ailleurs la situation est morose. Les liquidités enflent, les ménages sont inquiets, les crédits ne repartent pas, du fait de taux réels élevés,
4-2 non, l’ancrage des anticipations reste toujours près de 2 % à moyen terme, même s’il n’est plus à 2 % comme avant, l’euro va baisser (dit la BCE) et surtout les décisions récentes de la Banque centrale européenne (rémunération négative des liquidités excédentaires et baisse des taux) devraient faire repartir la machine.

5 – Baisse du taux du livret A en France ?

5-1 oui, car il faut enfin appliquer la formule qui détermine ce montant et qui envoie plutôt vers 0,75 %, car il y a trop de liquidités pour financer la Caisse des dépôts, il faut dégonfler l’épargne et faire baisser les taux d’intérêt,
5- 2 non, car le livret A, c’est l’épargne populaire des Français (sachant que près de la moitié des encours vient de livrets remplis…)

6 – Le concept d’« avantage acquis » a-t-il un sens économique ?

6-1 oui, puisque les avantages « ont été acquis » parce que la valeur « a été ajoutée ». C’est la croissance passée qui « tient » la demande et pousse les entreprises à avancer,
6-2 non, puisque rien n’indique la valeur qui sera ajoutée demain, donc les « avantages » qu’on pourra maintenir. C’est la croissance future qui compte

Chaque semaine, au travers du Weekly Briefing, je vous livre un regard économique et financier sur la conjoncture et l’actualité. Si vous êtes intéressé, cliquez pour vous abonner.