• Un tournant au Moyen-Orient ? Une baisse des tensions ? Voilà quelques jours que le sort des armes semble se retourner en Irak, les capacités américaines et européennes soutenant les forces kurdes et irakiennes. Nul ne sait ce qui va advenir, mais la vague montante d’un état islamiste radical paraît arrêtée. Il est vrai que ses armées s’approchaient des réservoirs d’eau et surtout des grands puits de pétrole… Entre Israël et la bande de Gaza, un cessez le feu plus durable semble s’installer.
  • Un tournant en Ukraine ? Quelle réaction à la stratégie Poutine ? Il semble bien que le Président Poutine entend profiter du temps où les Etats-Unis regardent ailleurs et où l’Europe discute de ses chefs futurs pour avancer. Camions blancs pleins de produits alimentaires, puis quelques troupes, assez pour retourner la situation (qui sait ?), puis des propositions de structure étatique : la Russie avance ses cartes, et les troupes ukrainiennes reculent. Bientôt elle parlera prix du gaz avec l’Ukraine, en attendant que l’Europe avance de nouvelles sanctions, économiques – qui l’affectent aussi en boomerang. Sortir de sanctions économiques ? Pas ce tournant-là.
  • Un tournant dans l’économie mondiale ? Un ralentissement sans doute. Si les Etats-Unis continuent de croître, ce n’est pas autant le cas de la Chine (qui ralentit), ni du Japon (qui baisse), ni de la zone euro (qui stagne). On voit bien, côté pays industrialisés, à quel point la crise de la dette est longue à résorber. On voit aussi quel point la Chine, notamment, a des problèmes de financement et de bulle immobilière qu’elle devra bien traiter un jour… dans la clarté (un tournant ?).
  • Un tournant aux Etats-Unis ? Des taux plus hauts bientôt, un déficit public qui montera ensuite. Voilà des mois que la Fed, la banque centrale américaine, joue les prolongations avant de caler la nécessaire « normalisation » de ses taux, autrement dit sa première hausse de taux courts. On comprend pourquoi : à l’extérieur, ceci fera monter les taux longs dans les pays émergents et fera aussi monter le dollar et, à l’intérieur des Etats-Unis surtout, marquera la fin d’une étape. A la fin de cette étape, il faudra reconnaître que les chômeurs de longue durée qui n’ont pu réintégrer le marché du travail au moment où les taux étaient très bas et les profits des entreprises se reconstituaient, auront beaucoup de mal ensuite. Conséquence : la croissance potentielle américaine en sera rabotée, posant vite des problèmes accrus de déficit budgétaire.
  • Un tournant en zone euro ? Plus d’action monétaire et budgétaire ? La croissance si faible et l’inflation si basse marquent ce qui attend la zone euro : une très faible et longue reprise. Mais on ne voit rien de très positif dans le contexte mondial, l’Allemagne étant par ailleurs la plus exposée aux tensions avec la Russie. En conséquence la stratégie de la zone euro va se poursuivre avec pour but constant d’assainir les comptes publics, mais en aidant cette fois nécessairement les économies par des soutiens monétaires plus directs (baisse des taux, baisse de l’euro, achats de crédits PME par la BCE) et plus encore budgétaires (politique de soutien à la numérisation ou à l’écologisation).
  • Un tournant en France ? Vers un PS européanisé ? Medef – La Rochelle : sortir de la panne de croissance en France conduit à sortir des discours pour aborder des réalités plus âpres. Si la croissance est à l’arrêt côté entreprises, c’est parce que leur investissement l’est, du fait d’une rentabilité en berne. Et si la croissance est à l’arrêt côté ménages, c’est parce que l’investissement des ménages chute, autrement dit le logement. Pour les entreprises, il faut restaurer les marges, ce qui commence seulement avec le Pacte de stabilité et de croissance et doit se poursuivre par la baisse des charges et un vrai dialogue dans l’entreprise. Pour les ménages, il faut soutenir la production de logements, en débloquant les terrains, seule façon de calmer ensuite les loyers. Ce n’est donc pas fini ! Quant à l’opposition parlementaire, elle cherche ses leaders… au tournant !

Chaque semaine, au travers du Weekly Briefing, je vous livre un regard économique et financier sur la conjoncture et l’actualité. Si vous êtes intéressé, cliquez pour vous abonner.