Que signifie aujourd’hui être directeur financier au sein d’une ETI régionale ? Quel périmètre, quelles responsabilités et quels enjeux sont attachés à cette fonction ? Une étude que nous avons publiée en janvier dernier nous révèle un métier en pleine mutation, intégrant une palette de responsabilités et de compétences de plus en plus large. Une majorité d’ETI sont conscientes du rôle majeur qu’ont à jouer les directeurs financiers, à la fois auprès des directions opérationnelles et auprès de la direction générale. Elles témoignent ainsi d’une montée en puissance des directeurs financiers, dont le rôle évolue progressivement de celui d’opérateur à celui de stratège et de véritable « business partner ».

Le directeur financier : un interlocuteur privilégié des directions opérationnelles

Les entreprises de taille intermédiaire évoluent aujourd’hui dans un environnement contraint qui exige une rentabilité accrue, mais également un contrôle et une surveillance renforcés. Les directeurs financiers sont en première ligne pour affronter ces enjeux. De moins en moins cantonnés au rôle purement technique de producteurs de données financières, ces derniers sortent de leur périmètre traditionnel pour se poser en partenaires et interlocuteurs des opérationnels. Concrètement, le directeur financier intervient de plus en plus dans les décisions métier, en apportant un éclairage financier à même d’aider les opérationnels dans leur prise de décision. 82% des directions financières des ETI régionales sont par exemple sollicitées pour effectuer des calculs de TRI sur des projets d’investissement. Ce nouveau rôle requiert du directeur financier la capacité à la fois de vulgariser son expertise et de dialoguer avec l’ensemble des fonctions de l’entreprise pour comprendre les enjeux et les besoins de chacun. Il suppose également d’acquérir une vision transversale de l’entreprise et de ses processus, et d’aller au-delà des cloisonnements qui peuvent exister entre les métiers. C’est pourquoi, sans doute, cette dimension plus ouverte et collégiale est davantage marquée chez les directeurs financiers ayant une ancienneté au poste supérieure à dix ans et pour ceux présents au Comex.

D’après notre étude, ce rôle de partenaire et d’aide à la décision est dans l’ensemble bien appréhendé par les directions financières des ETI, même s’il n’est pas encore partagé par tous les acteurs. Ainsi, 21% des directions financières interrogées estiment être insuffisamment sollicitées par les opérationnels lors de décisions importantes. Mais si 34% des sondés affirment ne pas être actuellement en charge de l’application opérationnelle de la stratégie de l’entreprise, seuls 20% d’entre eux considèrent que ce sera toujours le cas à l’avenir.

Les directeurs financiers travaillent donc de moins en moins en vase clos et deviennent des interlocuteurs privilégiés des directions opérationnelles, dans une approche plus horizontale et plus collaborative.

Un métier au cœur de la stratégie de l’entreprise

Les ETI régionales sont également conscientes du rôle majeur de « Business Partner » que les directeurs financiers ont à jouer aux côtés de leurs dirigeants. Car s’ils interagissent de plus en plus avec les directions opérationnelles, les directeurs financiers sont également amenés à être des acteurs de poids au sein de l’équipe dirigeante et à être partie prenante dans la définition de la stratégie d’entreprise. Leur influence est donc de moins en moins limitée au périmètre de la fonction finance : les directions générales s’appuient désormais largement sur leurs compétences pour orienter leurs décisions globales.

Ainsi la grande majorité des directeurs financiers interrogés disent avoir été impliqués récemment dans des décisions stratégiques : opérations de croissance externe, de restructuration ou de changement de business model pour 89% d’entre eux. La finance devient donc un moteur de la stratégie de l’entreprise et le directeur financier est de plus en plus impliqué dans les phases de transformation de son entreprise. Le développement du titre de DG Finances est un signe de cette évolution. Le profil des directeurs financiers recrutés il y a moins de deux ans en est autre : d’après notre étude, les directeurs financiers ayant moins de deux ans d’ancienneté ont en effet un profil de « stratège » bien plus marqué que la moyenne du panel. Ceci tend à confirmer que l’on demande bien plus au directeur financier qu’auparavant. Si son cœur de métier reste la production de l’information financière, celui-ci doit désormais être capable, de surcroît, de s’impliquer dans les choix décisifs de l’entreprise, de valider des orientations stratégiques et d’accompagner le directeur général dans le développement de l’entreprise.

Au fil des années, la fonction de directeur financier au sein des ETI est donc devenue plus complexe et plus décisive. La crise et la volonté croissante de créer de la valeur pour les actionnaires ont contribué au développement du rôle de stratège du directeur financier. Véritable « business partner », il doit être un bon communicant, capable d’accompagner à la fois les opérationnels et les dirigeants dans la définition et la mise en œuvre de la stratégie de l’entreprise. Son rôle traditionnel de gestionnaire et de garant des bonnes pratiques comptables s’enrichit de nouvelles responsabilités, qui sont autant de défis que de nouvelles opportunités pour les experts de la profession au sein des ETI.

Si ce sujet vous intéresse, n’hésitez pas à me contacter.