Aujourd’hui, 17% des Français qui pratiquent une activité physique ou sportive le font sur leur lieu de travail et ont comme motivation première l’amélioration de leur santé. Cette pratique tend à s’accroître (13% en 2013)[1]. L’entreprise est aujourd’hui identifiée comme l’un des terrains de jeu à privilégier pour déployer des actions en faveur de la pratique sportive. Elle en retirerait en retour des avantages conséquents. Perçus comme un outil de mobilisation et de motivation du personnel, le sport et les valeurs qu’il véhicule sont abondamment utilisés dans les entreprises.

87% des chefs d’entreprise sont convaincus des bienfaits de la pratique sportive pour leurs salariés et pour la compétitivité de leur entreprise[2].

Le sport, pour des employés plus motivés et des entreprises plus performantes

La pratique du sport en entreprise favorise fortement l’engagement du personnel[3]. Depuis plusieurs années, le palmarès « Great Place to Work » classe l’ambiance de travail en haut des attentes des salariés, après le salaire. Parallèlement, l’actualité récente rappelle l’essor croissant des facteurs de stress et des phénomènes de burn out, qui réduisent drastiquement la productivité et la qualité de vie au travail.

Pour un employé physiquement actif par rapport à un employé sédentaire, certaines estimations révèlent des bénéfices conséquents :

• productivité : +12%[4];
• concentration et engagement : +42%[5];
• stress : -27%[6];
• absentéisme : -9%[7].

« L’un de nos clients, un groupe européen de transport, a réalisé une économie de plus de 5 millions d’euros en raison de la baisse d’absentéisme et de turnover, et une augmentation de 7% de la productivité, en motivant plus de 1 900 collaborateurs à pratiquer vélo, marche et course à pied de manière pérenne et ludique grâce à la plateforme MySquadRunner. ». Brice Chapignac, cofondateur et CEO de MySquadRunner.

Pour promouvoir le sport, l’un des moyens privilégiés des entreprises est la création d’événements intra-entreprises. Ces événements ont pour but la consolidation de la communication interne et le renforcement des réseaux relationnels. Danone organise par exemple depuis 1997 la « Danoners World Cup », une compétition de football interne pour tous les employés Danone du monde entier. De la même manière, Otis organise depuis 28 ans un raid d’entreprise. « Nous avons créé un raid pour que les gens d’Otis se retrouvent entre eux, en dehors du bureau afin de développer l’esprit d’équipe. Une entreprise, ce n’est pas que faire de l’argent, c’est aussi développer l’être humain. Les entreprises qui font ça se portent mieux. » indique Bruno Grob, président d’Otis NEEA (Europe du Nord, de l’Est et Afrique).

En outre, le sport permet de créer un alignement avec la stratégie RSE pour de nombreuses entreprises. Cette idée de management responsable est née de la similitude entre les valeurs du sport et de la RSE : esprit d’équipe, cohésion sociale, inclusion et diversité.

Les opportunités de développement sont nombreuses avec par exemple la course solidaire « Imagine for Margo » qui a eu lieu fin septembre pour la 7e édition. Cette course est d’ores et déjà la plus grande course caritative pour une cause en France avec à ce jour plus de 5,6 millions d’euros récoltés au profit de la recherche contre le cancer.

Le Derby, un raid organisé par Deloitte depuis près de 30 ans, reflète les valeurs de ses collaborateurs. Cet événement sportif organisé par Deloitte permet à la firme de renforcer le sentiment de fierté et d’appartenance de ses collaborateurs, d’améliorer sa stratégie de communication et de développer l’esprit d’équipe. En servant de levier d’engagement et de motivation, marqueur de la culture de Deloitte, il participe également à la création et au maintien du lien intergénérationnel.

Le sport, pour une politique de recrutement saine et durable

Le sport en entreprise participe également au développement d’une politique de recrutement saine et durable. Du recrutement à l’embauche, les entreprises misent sur le sport pour attirer de nouveaux talents. Alternative aux canaux de recrutement classiques, le sport peut contribuer à séduire les candidats et fonctionner comme élément différenciant permettant d’attirer les talents. Il est régulièrement utilisé comme moyen durable pour tisser des relations privilégiées avec les écoles et universités.

Parallèlement, le recrutement à travers le sport aide l’entreprise à promouvoir une image dynamique et positive, notamment auprès des étudiants. A titre d’exemple, le Challenge du monde des grandes écoles et universités est une compétition sportive rassemblant environ 350 écoles et universités. Ce type de rassemblements développe des échanges privilégiés entre les jeunes et les entreprises, permettant à ces dernières de promouvoir leur marque employeur et aux étudiants d’échanger avec les départements des ressources humaines.

Les attentes des nouveaux talents. Aujourd’hui, 40% de la population active en France sont des « Millennials », c’est-à-dire des personnes nées entre 1980 et 2000, ayant grandi avec les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Ces derniers représenteront 50% de la population active d’ici cinq ans. Adeptes des réseaux sociaux, leur pouvoir d’expression et leur faculté à donner leur avis librement incitent les entreprises à anticiper leurs besoins.
Les « Millennials » représentent en effet une cible stratégique : jeunes recrues à fidéliser mais aussi futurs talents à attirer. Aucune génération n’avait accordé autant d’importance au bien-être en entreprise : 78 % estiment que la qualité de vie au Travail (QVT) est importante[8].

 

[1] Eurobaromètre 2017

[2] Goodwill Management menée pour le Mouvement des entreprises de France (MEDEF) et le Comité national olympique et sportif français (CNOSF)

[3] Selon la 16e édition de la revue Deloitte Insights – 20. – 21. – 22. – i

[4] Selon une étude menée par Gymlib (2018) La qualité de vie au travail

[5] Selon une étude mise en place par Santé Canada

[6] Selon une étude menée par New Balance Boston

[7] Selon une étude menée par l’université de Bristol, Royaume-Uni

[8] Selon une étude menée par le groupe CBRE et Ipsos

2+