La blockchain est un sujet en plein essor et riche de promesses. D’après une étude que nous avons menée en partenariat avec l’EFMA sur la blockchain dans les services financiers , la majorité des institutions financières sont convaincues que leur secteur sera bouleversé par cette technologie d’ici 2020.

Notre cabinet s’y intéresse depuis quelques années, avec de premières initiatives lancées il y a 3 ans par des équipes nord-américaines. Aujourd’hui, 200 collaborateurs de Deloitte à travers le monde travaillent sur le sujet et développent différents prototypes, sur des sujets comme la gestion des identités, des données de santé, le paiement ou encore la gestion des points de fidélité. Pour faciliter le développement de ces prototypes, une plateforme dédiée, Rubix, a été mise en place : cette solution de blockchain as a service (BAAS) offre une infrastructure de test toute prête aux organisations souhaitant expérimenter de nouvelles solutions. Les résultats des premiers tests sont très enthousiasmants et confirment le potentiel immense de cette technologie. En même temps, nous savons que de nombreux défis, qu’ils soient juridiques, techniques, humains ou politiques, nous attendent…

Afin d’explorer une partie des possibilités qu’offre la blockchain dans le secteur de l’assurance, nous avons récemment développé, en partenariat avec Stratumn et LemonWay, un prototype d’assurance à la demande, personnalisée et flexible. Cette solution montre comment la blockchain permet de fluidifier l’onboarding de nouveaux clients tout en assurant une forte sécurité des données. Le but, à terme, sera de construire un écosystème de services complet : social scoring des particuliers et gestion de l’identité numérique, évaluation de la couverture d’assurance d’un particulier pour lui conseiller (ou pas) l’achat d’une police d’assurance et enfin paiement.

L’idée de ce prototype est née d’un constat : les Français privilégient de plus en plus l’usage à la possession et montrent un intérêt marqué pour des services de prêt, location ou échange de biens. L’assurance pourrait alors non plus porter sur le propriétaire du bien mais sur son utilisateur. De nouveaux besoins doivent désormais être pris en compte par les assureurs :

  • La flexibilité : bénéficier d’une assurance qui correspond à la période de détention du bien, des offres de prêt de courte durée se développant
  • La sécurité : louer son bien sans risque et en ayant des recours
  • L’évolutivité : faire évoluer les conditions de l’assurance en fonction de ses besoins
  • L’immédiateté : obtenir une couverture immédiatement pour les besoins du quotidien, en phase avec à la facilité avec laquelle on peut louer ou prêter aujourd’hui entre particulier
  • L’interactivité : être en capacité d’interagir de manière aisée et régulière avec l’assureur

Une assurance à la demande, adaptée aux usages de l’économie du partage, constitue une offre de valeur intéressante pour accompagner ces nouveaux modes de consommation et répondre aux attentes des consommateurs, notamment des jeunes générations.

Découvrez en vidéo notre prototype d’assurance à la demande :

 

 

 

Si ce sujet vous intéresse, n’hésitez pas à me contacter.