La presse s’est beaucoup interrogée récemment sur l’avenir du bitcoin, et plusieurs grands noms de la finance mondiale ont exprimé leurs inquiétudes quant à la volatilité de cette cryptomonnaie créée en 2008 par un certain Satoshi Nakamoto. La question qui occupe tous les esprits est principalement celle de savoir si l’intérêt du public pour ce nouvel actif va se confirmer ou au contraire s’essouffler. Comment y répondre ? Quelles certitudes pouvons-nous avoir sur ce phénomène hautement imprévisible ?

Le bitcoin repose sur la technologie blockchain, c’est-à-dire sur un système décentralisé qui permet d’effectuer des échanges de données et des transactions financières de manière sécurisée, de partager ces informations dans un registre ouvert, et de conserver les historiques des transactions et données de manière permanente, immuable et horodatée.

Au risque d’être déceptifs, commençons par un aveu d’ignorance : difficile, à moins de lire dans une boule de cristal, de savoir ce qu’il adviendra réellement de la star des crypto-monnaies à plus ou moins long terme…

En revanche, ce que l’on peut d’ores-et-déjà affirmer avec certitude, c’est que tout dépendra de l’usage qui sera fait du bitcoin. Trois scénarios peuvent être envisagés :

  • Scenario numéro 1 : l’intérêt du grand public continue à être purement spéculatif et l’on considère le bitcoin comme un simple actif financier. Dans ce cas, il y a fort à parier que les bitcoins soient reconvertis en dollars et que l’on soit confronté un jour à un risque d’éclatement de la bulle.
  • Scenario numéro 2 : le bitcoin est utilisé comme une véritable technologie de transfert, capable de transmettre de la valeur entre individus indépendamment des systèmes monétaires traditionnels. Dans ce scenario, le bitcoin va non seulement perdurer dans le temps, mais aussi révolutionner nos modèles économiques actuels. En 2030, nous échangerons peut-être biens et services grâce au bitcoin, sans plus passer par le dollar, l’euro ou le yen.
  • Scenario numéro 3 : le bitcoin outrepasse sa fonction première de crypto-monnaie et devient une plateforme permettant de créer des contrats intelligents. L’avènement du bitcoin comme instrument de création de smart-contracts, et non plus seulement comme moyen d’échange de valeur décentralisé, aura de nombreuses conséquences sur nos modèles de société: décentralisation des votes, décentralisation des systèmes d’impôts, décentralisation de la distribution des aides sociales, décentralisation de la mutuelle classique, etc.

Si le dernier scenario est toujours en études1, le second scenario est déjà une réalité, puisque le bitcoin est aujourd’hui utilisé comme moyen de paiement dans plusieurs pays dans le monde. En Suisse, une société a été créée grâce à un capital en bitcoin. Au Japon, le bitcoin est accepté comme moyen de paiement dans 20 000 points de vente, mais aussi pour acheter des appartements. En Corée, il est même possible d’avoir des garanties d’entreprises en bitcoin. Ces usages restent bien sûr encore marginaux, mais sont les premiers signes d’un mouvement d’adoption en cours.

Si cette utilisation du bitcoin comme moyen de transfert de valeur l’emporte et s’impose massivement, la question qui se pose alors est celle du devenir de nos économies mondiales. Les échanges de pair-à-pair permis par le bitcoin vont-ils ouvrir la voie à une nouvelle économie ou viennent-il simplement moderniser les modèles traditionnels ? Le triomphe du bitcoin sera-t-il l’occasion de repenser totalement nos principes de souveraineté et de gouvernance actuels ainsi que le rôle des tiers comme les banques centrales ? Ou bien la révolution ne sera-t-elle que « cosmétique » ?

L’avenir nous le dira. Une chose est sûre : le devenir et la véritable valeur du bitcoin sont intimement liés à l’avènement d’une nouvelle économie.

: Un projet d’instauration de cette possibilité de création de smart-contracts dans le bitcoin existe aujourd’hui et s’appelle Rootstock. Il est à un stade très avancé et constitue selon plusieurs observateurs un très bon scénario pour la blockchain de façon générale et pour Bitcoin de façon plus particulière. Cette possibilité de création de smart-contracts existe déjà dans la 2ème plus grande crypto-monnaie en valorisation marché, Ethereum.

Pour en savoir plus sur le sujet, n’hésitez pas à me contacter

4+