Si l’année 2017 a été l’année du boom ICO, l’année 2018 est sans aucun doute celle de la mise en application concrète des ICO et de la blockchain en général. Au sein de ce grand mouvement d’adoption, une tendance, notamment, est en train d’émerger : les exchanges décentralisés. De quoi s’agit-il exactement ? Quels sont ses avantages et inconvénients ? Ce nouveau paradigme va-t-il remplacer à terme les exchanges classiques, dits exchanges centralisés ? Zoom sur un phénomène qui pourrait bien changer la donne dans l’univers des crypto-monnaies…

Les exchanges centralisés, un paradigme obsolète?

Dans le cas d’un exchange centralisé, les utilisateurs font confiance à une entité centrale –  généralement  l’entité commerciale qui gère le marché – pour le stockage, la sécurité des fonds ainsi que la protection des données utilisateurs.


Ce fonctionnement, qui a l’avantage d’être performant, rapide et simple, souffre aussi de fragilités. Les solutions classiques d’augmentation des couches de sécurité sont efficaces mais pas infaillibles, et les chiffres le démontrent :

  • 30 exchanges centralisés ont été piratés depuis 2009
  • Le piratage de ces plateformes représente une perte de 450 millions de dollars
  • Le Bitcoin a subi une perte de valeur de – 83% à la fin de l’année 2013. Une baisse causée par le piratage de la plateforme d’exchange centralisée de Mt Gox, l’une des plus importantes de l’époque…

Soucieux de la préservation de leur image et la sécurité de leurs utilisateurs, plusieurs exchanges centralisés ont commencé à concevoir et développer des exchanges décentralisés, bien que cela aille à l’encontre de leurs intérêts commerciaux. C’est le cas par exemple de Binance qui a lancé cette année un hackathon sur le thème des exchanges décentralisés, sur la base de leur blockchain BinanceChain.

Zoom sur les exchanges décentralisés 

Dans un exchange décentralisé, appelés aussi DeX, les échanges sont réalisés grâce à un moteur de trading et un wallet, et prennent la forme d’un smart-contract sur la blockchain. Ainsi, contrairement aux exchanges centralisés, la gestion des fonds n’est pas confiée à une entité centrale de contrôle, mais aux utilisateurs directement.

Ce type d’exchange fait l’objet aujourd’hui d’un vrai engouement, qui s’explique d’une part par l’intérêt que suscite son architecture mais également par l’essor de protocoles comme 0x ou Kyber, qui facilitent la mise en œuvre d’exchanges décentralisés et favorisent leur démocratisation.

Au-delà du monde des crypto-monnaies, les exchanges décentralisés peuvent avoir un intérêt dans plusieurs cas d’usage liés aux services financiers, comme la décentralisation des échanges entre des acteurs d’un trust ou la création de services de courtage décentralisés.

Les exchanges décentralisés : un remplaçant pour les exchanges centralisés ?

Chaque paradigme a ses avantages et inconvénients, et les exchanges décentralisés souffrent également de désavantages :

La décentralisation des exchanges vient donc renforcer la sécurité au détriment de leur rapidité et l’expérience de leurs utilisateurs. Verra-t-on émerger des exchanges, « semi-centralisés », pour profiter des avantages des deux mondes ? L’évolution de la blockchain et la régulation nous en dira un peu plus…

3+