La course au taux de service, à la différenciation et aux prix les plus bas poussent les capacités et les infrastructures des Supply Chains au point de rupture. Face à cet environnement ultra-compétitif et de plus en plus multipolaire, les entreprises doivent trouver de nouvelles solutions pour gérer leur Supply Chain et renouveler leurs modèles. L’une des tendances les plus significatives identifiées dans notre étude Supply Chain Trends 2016 est la transformation des Supply chains traditionnelles en un monde d’écosystèmes dynamiques, hyper-connectés et collaboratifs appelés Value webs. Que sont ces Value webs ? Comment et pourquoi ont-ils émergé ? Quelles opportunités représentent-ils pour les organisations ?

Les Value Webs : avant tout un nouveau mode de relation

L’évolution que connaît aujourd’hui le modèle de la Supply Chain est essentiellement une intensification et un changement radical des relations qui unissaient les différents acteurs de la « chaine » logistique : la collaboration et la co-création sont désormais au cœur du nouveau modèle des Value webs.

Les relations qui structuraient l’ancien modèle étaient surtout des relations de coordination (entre fournisseurs, industriels et distributeurs) et de compétition (entre différents fournisseurs par exemple). Les différentes entités d’une même Supply Chain travaillaient de manière concertée et cohérente, mais indépendante, chacune ajoutant de la valeur au bien produit ou au service de manière verticale et linéaire.

Aujourd’hui, la valeur produite par la Supply Chain n’est plus seulement le fruit d’une addition entre plusieurs savoir-faire qui se superposent et se succèdent mais d’une interaction continue et itérative entre différentes entités. Plusieurs fournisseurs peuvent ainsi collaborer autour d’un même produit auprès d’un même fabricant. Dachangjiang, un fabricant chinois de moto, a ainsi sollicité différents fournisseurs autour d’un même design et les a incités à travailler ensemble afin d’encourager l’innovation. De plus en plus de grands donneurs d’ordre travaillent désormais en collaboration avec de petites structures spécialisées auprès de qui ils ont externalisé certaines (ou la totalité !) de leurs activités.

La compétition a ainsi cédé la place à la « coopétition », une forme de compétition coopérative, qui amène les acteurs de la chaine logistique à échanger des informations et co-créer. Nous nous sommes éloignés du modèle en silo, linéaire, symbolisé par l’image de la « chaine », à un modèle en « réseau » dans lequel les éléments sont tous connectés et interdépendants.

SC
 

Aux origines du changement de modèle : exigence d’innovation et multiplication des acteurs

Comment et pourquoi ce modèle en réseau s’est-il développé et finalement imposé dans le paysage de la Supply Chain ? Comment peut-on expliquer l’émergence de ces écosystèmes complexes et dynamiques ? L’explication est à la fois technologique et politique, et repose avant tout sur une multiplication du nombre d’acteurs présents sur la scène économique mondiale.

Les progrès des technologies de l’information et de la communication ont permis aux entreprises d’externaliser certaines de leurs activités à moindre coût. Un nombre croissant d’organisations ont alors confié à des fournisseurs externes et spécialisés des actifs qu’elles possédaient auparavant, afin de pouvoir se recentrer sur leur cœur d’activité, réduire certains coûts et bénéficier d’une meilleure qualité de service. Parallèlement, le système libéral a progressivement dominé l’économie mondiale, encourageant la délocalisation des activités. Résultat : le monde économique s’est fragmenté en une multitude d’acteurs, plus nombreux, plus spécialisés et de plus petite taille, communiquant entre eux et avec de plus grandes entreprises partout dans le monde. Cette multiplication des acteurs a naturellement entraîné un nombre croissant de connexions, donnant progressivement naissance à ces systèmes complexes et ultra-connectés que sont les Value Webs.

Mais l’explication repose aussi (surtout ?) sur l’exigence croissante d’innovation à laquelle font face aujourd’hui les entreprises. Dans un monde complexe, en perpétuelle évolution, savoir s’adapter au changement est vital, et les organisations doivent trouver des solutions pour se transformer et répondre aux attentes d’un marché hyperactif. Beaucoup d’entre elles ont compris que c’est de l’échange, du partage et de la collaboration que naissent les idées les plus innovantes. Le système collaboratif que constitue les Value Webs, et qui repose justement sur la confrontation entre différents points de vue, acteurs, métiers, secteurs, apparaît donc de plus en plus comme une source d’innovation, et donc de différenciation et de performance pour les organisations. Par ailleurs, la souplesse de leur organisation permet aux Value Webs de reconfigurer leurs systèmes et leurs modes opératoires très rapidement afin de s’adapter à une demande client extrêmement mouvante. Collaboration et flexibilité sont donc les deux éléments clés qui permettent aux Value Webs de rendre les entreprises plus innovantes et créatives. En ce sens, le rôle traditionnel de la Supply Chain – optimiser des processus existants – s’efface de plus en plus au profit d’un nouveau rôle, plus stratégique : faire émerger l’innovation et créer de la valeur.

En quelques années, les modèles traditionnels de la Supply Chain ont donc laissé la place à de nouveaux écosystèmes, plus agiles, plus dynamiques, caractérisés avant tout par la collaboration et la flexibilité. Ces écosystèmes se révèlent être extrêmement efficaces, en termes notamment de réduction des coûts, de qualité de service sur l’ensemble de la chaîne, et surtout d’innovation. Mais l’efficacité de ces value webs dépend avant tout des hommes qui les pilotent : de nouveaux profils et de nouvelles compétences, adaptées à ces évolutions, devront rapidement émerger. Il s’agit là de l’un des défis majeurs à relever pour le monde de la Supply Chain, qui devra identifier (et former !) les talents nécessaires à la réussite de ces nouveaux modèles.

 

Si les enjeux de la Supply Chain vous intéressent, n’hésitez pas à me contacter.